• Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
Avec ses “Chamarrures”, Audrey Ballachino flirte avec plusieurs frontières, nous laissant volontiers dans l’embarras,
entre l’utile et le futile, entre le mauvais goût et l’avant-garde…
Ses porcelaines sont des bougeoirs, des tasses ou des coupes, objets fonctionnels évocateurs de la précieuse vaisselle
d’antan. Mais le décor, de voluptueuses fleurs aux fines pétales, inspirées tant des cimetières que des mariages, prend
le pas sur le contenant. Son relief annihile la fonction de l’objet. Les émaux, épais, mêlant le blanc à des éclats de rose
ou de bleu, fondent sur ces fleurs et dissolvent les formes. L’ensemble croule désormais sous cet ornement superficiel
et envahissant, et le service de table devient une installation plastique, une “expérience théâtralisée du repas”…
Le titre de cette série (“chamarrure : ensemble d’ornements de mauvais goût”) nous renvoie à notre perception et joue
des tentions entre attirance et répulsion, car la suavité de ses émaux nous les rend séduisants quoiqu’il en soit.
Audrey Ballachino est diplômée de la Maison de la céramique du Pays de Dieulefit et installée dans la Drôme.

Audrey Ballacchino – Céramiste

Pin It on Pinterest