• Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
A l’aide d’un bâton et d’argiles colorées Azeline Tolmbaye crée un bestiaire comme une galerie de portraits. La technique utilisée demande une gestuelle pleine d’élan : elle associe la force et la spontanéité. Ce rendu très expressif laisse voir avec franchise la construction des pièces. Le caractère brut, schématique, presque inachevé des formes et des surfaces est au service de l’énergie du mouvement et le raffinement du détail naturaliste n’est pas son sujet.
Pourtant tout est dit avec acuité : le regard acéré du rapace aux aguets, celui inquiet du lièvre qui détale, le poids et la lenteur méditative de l’ours, puis soudain la promptitude du coup de patte. Une nature sauvage, c’est-à-dire non domestiquée nous est restituée. Instantanée et fugitive, saisit dans un monde
loin des hommes.

https://azeline-tolmbaye.odexpo.com/

Pin It on Pinterest