Elodie Lesigne – France

Son diplôme des Métiers d’art de l’Ecole Duperré (Paris) en poche, Elodie Lesigne développe une recherche sculpturale en lien avec les arts premiers et populaires.
Ses figures, mi-humaines mi-animales, souvent couvertes de poils ou d’une épaisse parure-fourrure, impressionnent et ne sont pas sans rappeler masques, fétiches et totems, formes artistiques issues de civilisations animistes. Modelées dans un grès roux habillé de jus d’oxydes et d’émaux, elles paraissent avoir traversé les épreuves du temps.
Elodie Lesigne, par ses êtres légendaires – chimères, chamans ou gardien(ne)s – revendique la nécessaire connexion de l’homme avec l’invisible, la nature, les forces de l’esprit, une forme de mysticisme indispensable à l’humain.
Ses créatures, tel un miroir, renvoient à nos rêves, à nos cauchemars, à une part obscure et mal connue de notre être. La référence aux cabinets de curiosités, dans lesquels les collectionneurs amassaient et chérissaient des bizarreries collectées aux quatre coins du monde, évoque bien les formes de croyances et de mythes attachées aux limites de notre compréhension face aux mystères du vivant.

 

Elle exposera dans la voûte Warcollier

Derrière un grand porche se trouve un petit sas en contrebas. Il annonce une pièce voûtée où l’on accède par une rampe et quelques marches. C’est une grotte protectrice, le plafond est haut et la lumière lointaine et poudrée.

Pin It on Pinterest