Gaelle Guingant-Convert / France

Gaëlle Guingant-Convert revient à Terralha avec l’exploration d’un nouvel axe de travail. Curieuse du vivant et de ses formes invisibles à l’oeil nu (le monde moléculaire avec les séries des “spores”, “carbones”, “passages”…), elle se tourne aujourd’hui vers la rencontre d’un objet céramique avec un objet du quotidien. L’objectif n’est pas seulement de créer une nouvelle combinaison incongrue, surprenante, mais surtout “d’effectuer une transgression”.
La sculpture se créé de l’association d’une pièce céramique et d’une forme en ouate recouverte d’un collant polyamide. Gaëlle Guingant-Convert vient heurter notre appréciation traditionnelle de l’oeuvre céramique. Si ses terres sont toujours aussi qualitatives, elle se joue de notre goût pour le bel émail, l’effet de texture recherché, l’oeuvre de la main. Dérangeantes, ces combinaisons génèrent leurs propres repères esthétiques, dominés par le contraste ou, au contraire, les similitudes entres les effets de matière : dur/mou, motifs/uni, rugueux/lisse… Mêlés, les éléments n’en forment plus qu’un, nouvelle espèce, être hybride, “mutations possibles” du vivant.

 

Elle exposera dans Le jardin et la voûte Bell

Un magnolia protégé du froid, un espace petit et multiple tout à la fois cour-jardin de bambous ouvert sur le ciel et cave-grotte qui protège du bois consciencieusement empilé. Ce lieu, loin de la rue est une invitation au voyage.

Pin It on Pinterest