Gaëlle Weissberg / Nouvelle-Zélande – France

La néo-zélandaise Gaelle Weissberg, née aux Etats-Unis et vivant en France, nous livre une troublante série de portraits inspirés des cultures indigènes, évocations d’une richesse culturelle de l’humanité dont elle nous invite à apprécier les différences.
Tatouages, bijoux et boucliers sont autant d’éléments décoratifs destinés à transcrire l’étrangeté et sa fascinante beauté. La construction des corps semble fragmentée, fragilisée. Ces figures – essentiellement masculines, peut-être guerrières – apparaissent comme des masques, sous lesquels se cache une vérité inaccessible, des masques mis en lumière par l’engobe blanc comme un maquillage tribal.
Un sentiment de force en émerge, mais cette présence évidente n’est pas sans fragilité, soulignée tant par l’effacement des couleurs, usées, que par les accidents de la terre.
Les bustes de Gaelle Weissberg se posent à nous comme des énigmes, nous saisissant du regard, et interpellent notre conscience.

 

Elle exposera dans la cour Faivre

Niché au coin de la ruelle, un grand portail couleur charbon cache une cour chaleureuse entremêlée d’une végétation harmonieuse.

Pin It on Pinterest