• Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
Rha Kee Tea nous propose une installation qui raconte une double expérience de vie : d’abord le métier de cuisinier pratiqué pendant plusieurs années et où il noue contact avec la chair animale (viande ou poisson), qu’il observe, manipule, découpe puis prépare pour devenir nourriture. Ensuite, il y a le geste de ressaisir cette expérience et de se l’approprier dans la sphère de l’art. A l’aune de sa formation céramique il découvre une intime parenté entre la chair et l’argile : toutes deux matières flexibles et mémorielles, à la fois structurées et molles, vivantes et morbides. La porcelaine juste dégourdie (cuisson à 980°) est la partenaire choisie, à la fois tendre, poreuse et souple. Sa blancheur magnifie les lignes de force, sans laisser place à l’anecdote. Des modules virtuoses dessinent un paysage
abstrait qui se déplie devant nous. Pourtant, l’artiste prétend nous montrer de la chair vulnérable, des structures osseuses, ou des peaux suspendues à des
crocs, mais peut-être est-ce seulement l’antre d’un boucher métaphysique. L’art « e cosa mentale », la sentence intemporelle se trouve sobrement confirmée.

http://www.keetea-rha.fr/keetea.rha/Home.html

Pin It on Pinterest