• Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
Diplômé de la Maison de la Céramique du pays de Dieulefit, Nicolas Roscia, l’un des enfants prodigues de notre festival qui sait si bien dénicher les talents, revient à Terralha avec un nouveau travail. Si ses crânes évoquaient les anciennes Vanités et la difficulté à être, désormais, Nicolas Roscia ne crie plus mais s’attache à créer, à vivre. Une forme transparaît, celle d’un tracteur ou d’une tractopelle dont les roues proéminentes donnent la dynamique des sculptures. L’émail, toujours riche et coulant, se décline en jaune vif, orange, bleu ou violet. Ces coloris, s’ils sont ceux que Nicolas Roscia aime à utiliser, créent une ambiguïté : ils nous rappellent bien évidemment le plastique parfois criard des jeux pour enfants, ce temps de l’insouciance, ces temps où tout est possible. Mais les vrais tracteurs ne sont-ils pas eux aussi orange, vert ou rouge vif ? Nicolas Roscia s’amuse, mais dans la fange de la vie il s’attèle à construire un monde en couleurs.

Accueil

Pin It on Pinterest